Planifier un objectif sportif

Vous souhaitez devenir un meilleur athlète en devenant plus rapide. La question peut paraitre si simple, pourtant, c’est seulement en dressant vos points faibles et pour cela, il est nécessaire de prendre du recul.
 
Pourquoi?
On veut tous devenirs meilleurs, mais pour cela, il faut prendre des actions en conséquence. La réussite d’un athlète et surtout en triathlon n’est pas seulement le fruit d’une capacité physiologique, mais bien sa capacité à apprendre. C’est d’ailleurs l’aspect pédagogique du coaching qui fait souvent la différence.
En conséquence, plus vos objectifs seront précis, plus il sera facile d’identifier les actions nécessaires.
 
Exemple: Si votre objectif est aussi primaire que “Je veux courir plus vite”, vous être très loin d’avoir trouvé la solution. Puisque vous n’adressez pas le véritable aspect limiteur dans vos performances. Est-ce dû par une mauvaise technique, une difficulté à rester en santé, un manque d’endurance, une incapacité à enchainer après le vélo?
En adressant plus précisément ces points, il devient alors nettement plus facile de les identifier. À chaque année, on voit des athlètes augmenter leur volume en course à pied en espérant voir le temps descendre, malheureusement, ils ont probablement mal identifié la véritable raison. Augmenter le volume à en course à pied ne viendra pas corriger  une mauvaise gestion dans l’effort à vélo.
L’athlète pourra atteindre ses objectifs s’il a mis le doigt sur la bonne raison. Le travail d’auto-évolution est plus que nécessaire. Dans ce cas, un correctif pourrait être d’augmenter les enchainements vélo/course à pied à l’entrainement et de s’assurer qu’il a toujours assez de force après le vélo. Oui, pour mieux courir, il faut souvent rouler plus.
 
Dans la même mesure, une faiblesse à vélo ne vient pas juste d’un manque de puissance. Cela peut venir d’un manque de confiance dans ses capacités, une mauvaise gestion, un manque de travail en position aéro… Un coach n’est pas une capable de faire du monitoring mais bien un pédagogue.
 
Quand ?
Évidemment, il est nettement plus propice de revoir ses objectifs en début de saison. Mais c’est un questionnement qui est perpétuel. Posez-vous la question fréquemment, suis-je bien en train de travailler pour atteindre mes objectifs.
Est-ce que mes temps baissent réellement? Est-ce que je suis plus en contrôle dans mes efforts? Vous devez prendre des décisions en fonction de vos conclusions, n’attendez pas que cela soit trop tard.
Des objectifs doivent être abordés sur le long et court terme.
 
 
Comment ?
Commencez par établir un objectif sur le long terme et faites le chemin arrière pour le séparer en plusieurs phases.  Cela vous permettra de mieux identifier les choses à travailler et de mieux les répartir sur votre planification annuelle.
Évidemment, se fixer des objectifs dans un futur proche reste une opération pertinente uniquement s’ils sont réalistes et permettent d’identifier plus précisément des aspects à travailler. Dans ce processus, soyez honnêtes et n’hésitez pas à demander un avis extérieur.
Si vous travaillez avec un coach en ligne, soyez conscient qu’il est plus difficile d’être dans une relation où votre entraineur vous entrainera dans un processus valorisant l’apprentissage et le questionnement sur vous. En étant distant, il est pour lui plus difficile de juger de votre technique et de vos progrès. C’est à vous d’agir en conséquence.
 
En conclusion, la réussite n’est pas le fruit d’un objectif trop général, mais bien dans votre faculté à mieux vous connaitre. Dans ce processus, en identifiant plus spécifiquement les outils à ajouter à votre coffre, vous être déjà sur la bonne voie pour atteindre vos objectifs.
 
La performance n’est pas seulement le résultat du volume du travail, mais bien dans notre faculté à se critiquer et à apprendre.